Gestion des Risques et des Assurances à l’international

 

 

 

 

 

 

 

 

Les besoins de nos clients sont nos priorités.

Nouvel Editorial : Entre menaces grandissantes et opportunités

L’économie mondiale est marquée par l’accélération des cycles économiques et l’augmentation des échanges Est-Ouest entre les pays émergeants mais aussi par la volatilité des cours des bourses mondiales.

De la même façon les tensions géopolitiques régionales ont de plus en plus d’impact au niveau global, le conflit persistant au Moyen Orient en Syrie, au Yémen et en Irak, ont entrainé une augmentation des risques géopolitiques, et une augmentation de la menace terroriste.

Dans le même temps le processus engagé en Iran et la levée des sanctions va ouvrir un nouveau marché ; il y va de même pour Cuba, ces processus créent de nouvelles opportunités de marchés dans les infrastructures, biens et équipements.

Risques naturels :

L’année 2014 a été marquée par l’absence de catastrophe majeure et une saison des ouragans plus calme dans l’Atlantique Nord signifiant que le coût global des catastrophes naturelles étaient beaucoup plus faible en 2014. L’événement le plus significatif était le cyclone Hudhud en Inde dont le coût global était de 7 milliards de US $.  (Munich Re).

Pour 2015, la saison des ouragans dans l’Atlantique a été une saison moyenne, avec 11 tempêtes nommées dont 4 ont atteint le niveau ouragan. Fin Septembre, la tempête Joaquin s’est développée et renforcée en ouragan majeur de catégorie 4 et a touché les Bahamas et les Bermudes avec des dommages d’environ $ 60 millions et un nombre similaire de victimes qu’attribuables à Erika.

Risques Industriels / stockage de produits dangereux : Les explosions survenues le 12 Août 2015 sur le port de Tianjin nous rappellent les risques en matière de cumul de stockage de matières dangereuses sur une même zone, la nécessité de compartimenter les risques, analyser les zones d’impact, adapter les moyens de lutte contre l’incendie, protéger les zones d’habitation, veiller aux risques d’atteintes à l’environnement…

Les risques n’ont plus de frontières. La pandémie liée au virus Ebola en Afrique sub-saharienne en 2014 et 2105, ainsi que l’épidémie liée au virus Zika en Amérique Latine et dans les Caraïbes a montré la difficulté de contenir une épidémie alors que les échanges et flux inter-régionaux au-delà des frontières se sont intensifiés. Les dernières alertes de OMS concernent la résurgence du coronavirus syndrome respiratoire en Arabie Saoudite, le Chikungunya en Espagne, le poliovirus à Madagascar et infection humaine par le virus A(H7N9) en Chine.

La recrudescence des cyber-attaques sur des entreprises privées est aussi la démonstration que c’est un enjeu global.

Selon le baromètre des risques réalisé par Allianz auprès de 500 gestionnaires de risques dans 47 pays, les 10 premiers risques dans les préoccupations des risk managers sont (pour la première fois les risques cyber arrivent dans le top 5):

Membre actif du RIMS (the Risk Management Society)

Selon l’étude menée par le magazine l’Usine Nouvelle, en partenariat avec Orange, auprès de 210 industrielsfrançais (métallurgie, agroalimentaire, recherche, automobile…) 43,8% des entreprises sondées ont déjà été confrontées à des incidents de sécurité au cours des 12 derniers mois, et 13% ne savent même pas si elles ont été touchées par une cyber-attaque.

A l’heure où l’Europe fait face à une reprise très lente, les entreprises Européennes recherchent des relais de croissance dans des zones économiques où le taux de croissance est supérieur à celui de l’Europe. Ces nouveaux marchés sont aussi synonymes de risques nouveaux. L’entrée sur ces nouveaux marchés doit passer par une analyse approfondie des risques liés à l’environnement économique, politique, culturel du pays de destination et une attention particulière doit être portée à l’étude des risques CAT.

L’envoi de personnel en mission dans ces pays doit aussi être étudié sous l’angle des risques en cas d’accidents et en cas de rapatriement (sans omettre les facteurs de risques liés au terrorisme). Ces recommandations sont applicables quelque soit le secteur d’activité.

C.B.E. Cap de Bonne-Espérance a été fondé par Jean-Georges Nanot.

Ayant 25 ans d’expérience dans le domaine de l’assurance des risques de l’entreprise, spécialiste de l’international, diplômé d’une Maîtrise en Commerce International, JG Nanot a été notamment Network Country Manager de Gras Savoye Willis en France de 2010 à 2013 et membre de l’Executive Commitee du Global Network Practice group de 2005 à 2013. Consultant en entreprise et courtier en assurances ayant occupé divers fonctions dans des cabinets multi-spécialistes de tailles différentes, y compris dans le domaine maritime (cabinet Eyssautier), le cabinet C.B.E. a pour objectif d’accompagner les entreprises quelque soit leur taille dans la gestion de leurs risques et assurances en France, en Europe et à l’international.

Nombre de correspondants à l'étranger:

Share This